Illettrisme

L'illettrisme sert à désigner l'état d'une personne qui a bénéficié d'apprentissages, mais qui n'a pas acquis, ou a perdu, la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul.


Catégories :

Précarité - Échec scolaire - Docimologie - Métrologie

Définitions :

  • 1983 : "permet de désigner les manifestations d'un type d'inaptitude et l'état dans lequel se trouve un illettré, autrement dit une personne à qui ont été enseignées les base de la lecture, de l'écriture et du calcul et qui, pour des raisons diverses, n'a pas acquis ou conservé ces compétences élémentaires... (source : legoutdesmots.injep)

L'illettrisme sert à désigner l'état d'une personne qui a bénéficié d'apprentissages, mais qui n'a pas acquis, ou a perdu, la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul. L'illettrisme est par conséquent à distinguer de l'analphabétisme qui résulte d'une absence d'apprentissage.

L'illettrisme relève de l'accès au sens des écrits, car le texte que l'illettré ne comprend pas, lui est accessible quand il lui est lu.

Histoire

Le mot illettrisme (venant du latin illitteratus signifiant "ignorant") est un néologisme créé en 1981 par la Fondation ATD Quart Monde pour désigner les seuls français, sortis en situation d'échec de l'école, avec une connaissance insuffisante de l'écrit, vite perdue faute d'un emploi régulier, et de les différencier de ces autres catégories d'illettrés [1]. Jusque là, la définition de l'UNESCO de l'analphabétisme ne permettait pas de faire cette distinction [2].

Causes et conséquences

La ruralité, la pauvreté et le faible degré de développement du dispositif éducatif d'un pays comptent parmi les principaux facteurs expliquant la présence d'illettrisme dans sa population. Ainsi, les pays du tiers-monde dans le monde arabe, l'Amérique centrale et l'Afrique sub-saharienne ont les taux d'illettrisme les plus élevés, tandis qu'en Europe, aux États-Unis au Japon, ce taux est faible.

Au XIXe siècle, Max Weber et Auguste Comte ont émis l'hypothèse que la disparition de l'illettrisme allait de pair avec la fin des religions [3]. Or, à la suite des interrogations d'André Malraux, les sociologues modernes ont remis en question la thèse de la fin des religions, surtout en observant la situation aux États-Unis, où le poids religieux demeure fort malgré le niveau d'instruction élevé des habitants.

Les difficultés de lecture et d'écriture rendent l'insertion de l'illettré dans son groupe et dans la société généralement particulièrement complexe, surtout pour l'accès au marché du travail.

Prévalence

En France

En France, selon une étude l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) réalisée entre 2002 et 2005 [4], 9% (3 100 000 personnes) de la population française [5] est en situation d'illettrisme.

L'illettrisme touche plus les hommes (59%) que les femmes (41%). Et ce taux est le plus bas chez les jeunes et augmente avec l'âge. Cet important taux d'illettrisme n'empêche pas certaines de ces personnes d'avoir un emploi, car 57% sont dans la vie active et 21% au chômage, en formation ou en inactivité. Cependant, 26% des allocataires du revenu minimum d'insertion (RMI) sont en situation d'illettrisme[6].

Concernant la répartition géographique, il n'y a pas de différence notable entre les zones rurales et urbaines, même si dans les zones urbaines sensibles, le taux d'illettrisme est deux fois plus important (18%) que dans la population générale (9%).

En Belgique

Une série d'indices montrent qu'en Belgique le taux de personnes analphabètes (ou illettrées) tourne autour de 10% mais il n'y a pas d'étude d'ampleur des compétences des adultes. Une chose est certaine, la situation en Belgique est la même que dans l'ensemble des pays industrialisés. Néanmoins, la Belgique présente des particularités liées aux langues (français, néerlandais et allemand) officielles. Cet aspect doit amener à étudier le phénomène de l'illettrisme en considérant la communauté linguistique dans laquelle il se présente.

Comparaisons internationales

Il existe particulièrement peu de comparaisons internationales sur l'illettrisme.

Selon une étude de l'OCDE du 6 décembre 1995, intitulée Littéracie, économie et société, effectuée dans plusieurs pays développés, la proportion de personnes de 16 à 65 ans éprouvant des difficultés pour l'écriture, la lecture, ou l'utilisation des informations, serait de 40, 1% en France, 20, 7% aux États-Unis, 16, 6% au Canada, 14, 4% en Allemagne, 10, 5% aux Pays-Bas, et 7, 5% en Suède. La France serait avant-dernière juste devant la Pologne. Cette étude n'a pas été diffusée par les autorités publiques en France[7]. Cependant, cette étude ne porte pas précisément sur l'illettrisme, mais sur la littératie, c'est-à-dire de façon plus générale sur «l'aptitude à comprendre ainsi qu'à utiliser l'information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d'atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.»

En prison

Le taux d'illettrisme dans la population carcérale est estimé, en France, à 40%. En Belgique, 75% des détenus sont sans diplôme, ou avec pour unique diplôme le certificat d'études de base (fin du cycle primaire).

Notes et références

  1. (fr) Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous - Alphabétisation et alphabétisme, quelques définitions, Unesco, 2006, p.  156 (2 du PDF). Consulté le 28 avril 2009
  2. Thérèse Jamin, «Analphabétisme, alphabétisation et Education Permanente quelques éléments d'histoire», École supérieure d'action sociale de Liège. Consulté le 7 octobre 2009
  3. voir le désenchantement du monde et la loi des trois états
  4. (fr) Illettrisme : Des chiffres pour éclairer les décisions, Agence nationale de lutte Contre l'illettrisme, 2 juin 2006. Consulté le 7 mars 2009
  5. l'interprétation de cette étude doit prendre en compte qu'elle n'a pas été réalisé en outre-mer ni dans les prisons où l'illettrisme est important
  6. Chiffres de l'agence nationale de lutte contre l'illettrisme
  7. L'illettrisme honteux, article publié dans l'Express le 19/12/1996

Bibliographie

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"Lutte contre l'illettrisme"

L'image ci-contre est extraite du site ac-rennes.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (460 × 388 - 52 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : illettrisme - étude - taux - france - état - personne - situation - pays - belgique - paris - écrits - illettré - population - nationale - lutte - contre - lecture - écriture - analphabétisme - unis -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Illettrisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu