Inductance

L'inductance d'un circuit électrique est un cœfficient qui traduit le fait qu'un courant le traversant crée un champ magnétique à travers la section entourée par ce circuit.



Catégories :

Théorie électrique - Grandeur physique - Métrologie

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Inductances de limitation de courant de court circuit, Imprimer cette page... Courant ou puissance de court circuit du réseau. Valeur du courant de court... (source : bcv-technologies)
  • Les bobines d'inductance de limitation de courant sont utilisées pour la limitation des courants de court- circuit à des valeurs compatibles avec les ... (source : areva-td)
Bobine simple

L'inductance d'un circuit électrique est un cœfficient qui traduit le fait qu'un courant le traversant crée un champ magnétique à travers la section entourée par ce circuit. Il en résulte un flux du champ magnétique à travers la section limitée par ce circuit.

L'inductance est égale au quotient du flux de ce champ magnétique par l'intensité du courant traversant le circuit. L'unité de l'inductance est le henry (H).

Par extension, on sert à désigner par inductance tout circuit électrique ou dipôle électrique qui par sa construction a une certaine valeur d'inductance (grandeur physique). Ces dipôles sont le plus souvent des bobines, fréquemment nommées inductances ou self (en anglais self inductance qui a donné le mot «self») par abus de langage (ou métonymie) comme pour la résistance.

Inductance propre

symbole de l'inductance

La définition la plus courante d'inductance propre est la suivante : La surface circonscrite par un circuit électrique parcouru par un courant I est traversée par le flux du champ magnétique (appelé jadis flux d'induction) \Phi\,. L'inductance L du circuit électrique est alors définie comme le rapport entre le flux embrassé par le circuit et le courant :

L = \frac{\Phi}{I} \,

Il est important de préciser que le flux \Phi\, en question est celui produit par le courant I et non celui provenant d'une autre source (courant, aimant, etc. ).

Malgré sa popularité, cette définition présente deux inconvénients. Le premier est que la définition de l'inductance est donnée selon le flux \Phi\, qui est une grandeur physique inaccessible directement. Il n'existe pas de moyen de mesurer le flux magnétique sans le faire fluctuer selon le temps. Le second inconvénient est que la «surface circonscrite par le circuit» n'est pas forcément facile à déterminer et , occasionnellement, elle n'existe même pas (par exemple si le circuit «fait un nœud»).

Une deuxième définition qui ne présente pas ces inconvénients vient grâce à la loi de Faraday :

e(t) = -\frac{\mathrm d\Phi(t)}{\mathrm dt}

c'est-à-dire :

e(t)= - L{di(t)\over dt}\,

où :

Nous remarquons que :

Ce n'est qu'en utilisant cette définition qu'on pourrait mesurer la valeur de l'inductance d'un circuit et , à partir de là, déterminer le flux magnétique équivalent qui traverse la «surface circonscrite» équivalente mais il faudrait pour cela que la tension aux limites de cette portion de circuit ne dépende que de phénomènes magnétiques. Malheureusement celle-ci dépend de la plupart d'effets physiques particulièrement divers (dont l'effet Joule), ce qui empêche toute mesure éventuelle de l'inductance d'une portion de circuit

De plus, cette définition n'est pas valable pour des portions de circuit présentant des non-linéarités (par exemple : des inductances à noyau ferromagnétique). La valeur de l'inductance dépendra alors de la valeur du courant et de son histoire (hystérésis).

Une partie du flux produit par le courant traverse le câble lui-même. Il convient par conséquent de distinguer l'inductance externe et l'inductance interne d'un circuit. L'inductance interne d'un câble diminue quand la fréquence du courant augmente à cause de l'effet pelliculaire ou effet de peau. En pratique, l'effet de peau est presque complet à partir d'une ou deux dizaines de kilohertzs et l'inductance ne fluctue plus.

Inductance mutuelle

Article détaillé : Induction mutuelle.

Quand un circuit 1 traversé par un courant noté i_1 \,, produit un champ magnétique à travers un circuit 2, on peut écrire :

M_{1/2} = \frac{\Phi_2}{i_1} \,

La valeur de cette inductance mutuelle dépend des deux circuits en présence (caractéristiques géométriques, nombre de spires) mais également de leur position relative : éloignement et orientation.

Le dipôle «Inductance», ou bobine

Symbolisation d'une bobine idéale d'inductance L, de la tension à ses limites u et de l'intensité du courant qui la traverse i en convention récepteur.

Son symbole dans les schémas est L. Une bobine d'inductance L est un dipôle tel que la tension à ces limites soit proportionnelle à la dérivée de l'intensité du courant qui le traverse en convention récepteur :

 u = L  \frac{di}{dt} \,

Cette relation vient de l'expression du flux du champ magnétique et de la loi de Faraday qui seront vues en magnétostatique :

 u =\frac{d\Phi}{dt} \, et de \Phi= L \cdot i \,

Cette équation montre que l'intensité du courant traversant une inductance ne peut pas subir de discontinuité, cela correspondrait en effet à une tension illimitée à ses limites, par conséquent à une puissance illimitée.

Puissance instantanée

Remarque : on ne peut stocker que de l'énergie. Le terme puissance emmagasinée est par conséquent un abus de langage qui correspond en réalité à la puissance qu'on apporte à l'inductance et qui vient augmenter l'énergie emmagasinée dans cette dernière.

En convention récepteur la puissance instantanée apportée à l'inductance est égale à :

P = u \cdot i = L  \frac{di}{dt} \cdot i\,

En utilisant la transformation mathématique suivante :

 \frac{d(iˆ2)}{dt}  =i \cdot \frac{d(i)}{dt} + \frac{d(i)}{dt}\cdot i = 2 \frac{d(i)}{dt}\cdot i  \,

on obtient la relation :

P = \frac{1}{2} \cdot  L  \frac{d(iˆ2)}{dt} \,

La puissance instantanée apportée à une inductance est liée à la variation du carré de l'intensité qui la traverse : si ce dernier augmente, l'inductance emmagasine de l'énergie. Elle en restitue dans le cas opposé.

L'énergie échangée entre 2 instants ti et tf vaut :

W = \frac{1}{2} \cdot  L  (iˆ2_{tf}-iˆ2_{ti}) \,

Il en résulte qu'il est complexe de faire fluctuer rapidement le courant qui circule dans une bobine et ceci d'autant plus que la valeur de son inductance sera grande. Cette propriété est fréquemment utilisée pour supprimer de petites variations de courant non désirées.

L'effet de l'inductance face aux variations du courant est analogue en mécanique à l'effet de la masse face aux variations de la vitesse : lorsque on veut augmenter la vitesse il faut apporter de l'énergie cinétique et ceci d'autant plus que la masse est grande. Lorsque on veut freiner, il faut récupérer cette énergie. Débrancher une bobine parcourue par un courant, c'est légèrement arrêter une voiture en l'envoyant contre un mur.

Puissance en régime sinusoïdal

En régime sinusoïdal, une inductance parfaite (dont la résistance est nulle) ne consomme pas de puissance active. Par contre, il y a stockage ou restitution d'énergie par la bobine lors des variations de l'intensité du courant.

Impédance

À chaque instant

Pente de la droite = 2πL

\frac{di}{dt} = \frac{u}{L}.

On a u(t) = U\sqrt{2}\sin(\omega t) et i(t) = I\sqrt{2}\sin(\omega t - \varphi).

\frac{di}{dt} = \frac{U}{L}\sqrt{2}\sin(\omega t)

Donc i(t) = \left(\frac{U}{L}\sqrt{2}\right)\left(-\frac{1}{\omega}\cos(\omega t)\right) = \frac{U}{L\omega}\sqrt{2}(-\cos(\omega t))

On obtient finalement : i(t) = \frac{U}{L\omega}\sqrt{2}\sin\left(\omega t -\frac{\pi}{2}\right) = I\sqrt{2}\sin(\omega t - \varphi). Donc : I = \frac{U}{L\omega}.

En complexes

\underline{U}=\underline{Z}\,\underline{I} avec

D'où : |\underline{Z}| = Z = \frac{U}{I} = L\omega; et Arg(\underline{Z}) = \varphi = \frac{\pi}{2}

On en déduit que \underline{Z} = \mathbf{j}L\omega avec \underline{Z} imaginaire pur de la forme \underline{Z} = \mathbf{j}X et X = Lω > 0.

Ouverture du circuit

Les inductances s'opposant à la variation du courant qui les traverse, l'ouverture d'un circuit inductif parcouru par un courant peut amener des surtensions. Ces surtensions oscillent avec une pulsation \textstyle{\omega = {1\over \sqrt{LC}}}. représentant les capacités parasites du circuit. La tension maximale de l'oscillation peut être particulièrement élevée. Ceci vient du fait qu'après l'interruption du courant l'énergie de l'inductance a été transférée aux capacités parasites sous la forme.

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : inductance - circuit - courant - flux - bobine - magnétique - effets - valeur - variation - traverse - puissance - énergie - tension - champ - intensité - limites - électrique - dipôle - vient - convention - instantanées -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Inductance.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu