Modèle de couleur RJB

Le dispositif rouge jaune bleu est un des dispositifs de couleur utilisé en peinture, en design, en décoration et basé non pas sur des erreurs d'interprétation de la théorie de la couleur de Isaac Newton présenté dans son ouvrage Opticks, mais...


Catégories :

Espace couleur - Colorimétrie - Mesure physique - Métrologie

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • color model (modèle de couleurs)  : Un modèle de couleurs est un modèle mathématique... color wheel (roue des couleurs)  : La roue des couleurs ou le cercle... une roue de 12 couleurs sur la base du modèle de couleurs RJB (rouge, jaune, ... (source : onlinehelp.avs4you)
  • La synthèse additive de la couleur à partir du rouge, du vert et du bleu, est due au fait.... La représentation RJB de la synthèse soustractive dans les livres de ... Le cercle chromatique sert de repérage générale des couleurs dans un... (source : najib-spectroptique.yolasite)
  • ... Sur le cercle chromatique, on trouve : des couleurs complémentaires, .... A titre d'exemple, le vert et le rouge donnent le jaune indéniablement plus clair..... Leur teinte approximative : la représentation RJB de la synthèse... (source : maxisciences)
mélange de rouge, jaune et bleu

Le dispositif rouge jaune bleu (RJB, RYB en anglais) est un des dispositifs de couleur utilisé en peinture, en design, en décoration et basé non pas sur des erreurs d'interprétation de la théorie de la couleur de Isaac Newton présenté dans son ouvrage Opticks, mais sur le dispositif de Jacques Christophe Leblon qui établit la régle de la trichromie à la fin du XVIIe siècle, où il rédige que les "couleurs primitives" comme suit " jaune et rouge donne orangé, rouge et bleu font le pourpre et le violet, le bleu et le jaune font le vert. "

Il convient alors de parler de synthèses soustractives au pluriel, suivant les matériaux colorants utilisés, les nuanciers et les cercles chromatiques utilisés.

Dans le langage de l'imprimerie, de l'illustration et du design couleurs primaires prend le sens spécifique cyan, magenta et jaune auquel on ajoute un noir en imprimerie. Dans le commerce les tubes de couleurs bleus et rouges primaires sont nommés Cyan et Magenta. Aussi de nombreux peintres pensent que les couleurs primaires en synthèse soustractive sont le rouge le jaune et le bleu, à cause de leur proximité avec les couleurs cyan, magenta et jaune, mais il est par exemple impossible avec des tubes rouge vermillon, jaune citron, bleu outremer d'obtenir ni du magenta, ni du violet !

En général les peintres n'utilisent pas que quatre couleurs à cause de la limitation des mélanges. Si on mélange plusieurs couleurs, elles s'assombrissent, si on essaye d'éclaircir en y ajoutant du blanc, elles perdent en saturation, c'est-à-dire en vivacité et pureté de la couleur. Cela contraint à utiliser un maximum de tubes de peintures différents pour obtenir tout autant de teintes vives. Mais la base du travail d'un peintre, ou d'un décorateur étant de faire un choix limité de ses couleurs, identifiable à sa personnalité, ils forment un nuancier donné, dans un cercle chromatique spécifique qui sert de référent singulier.


Cercle chromatique

cercle chromatique rouge jaune bleu (soustractif) cercle chromatique rouge jaune bleu (soustractif)
cercle chromatique rouge jaune bleu (soustractif)
cercle chromatique rouge vert bleu (additif)

RJB construit la triade primaire dans de nombreux cercles chromatiques d'artistes. La triade secondaire est VOV (violet-orange-vert). Les triades sont constituées par trois couleurs équidistantes sur un cercle chromatique. Parmi les autres cercles chromatiques, on peut trouver ceux du RVB et du CMJN.

On voit particulièrement clairement sur l'illustration ci-contre, que si l'étendue des jaunes et orangés est plus grande que sur une roue rouge vert bleue, il n'y a plus de cyan, de magenta et les autres couleurs sont plus restreintes que les orangés sur ce cercle.

L'assombrissement des couleur est lié au dispositif soustractif qui retire de la lumière lors de mélange. Le dispositif additif ne souffre pas de cette lacune si les sources d'éclairage ont de bonnes propriétés.

Les cercles chromatiques en peinture, en design, ... sont des référents :

soit singulier au peintre, designer, décorateur, restaurateur de tableaux... etc suivant les moyens de l'époque XVIIIe, XIXe, XXe, XXIe siècle, Leonard de Vinci, Delacroix, dispositif Arthur Pope...

soit technique : cercle chromatique de Munsell, de Pantone Inc, de Chevreul, Dispositif OSA UCS, hexagonal...

soit de classification internationale : cercle chromatique NCS, DIN, Colour Index, ...

soit de classification française : norme AFNOR...

Historique

La notion de "couleurs primitives", puis "primaire" apparaît en France au XVIe et XVIIe siècle, en gravure pour la gravure en couleurs, en teinturerie, et en peinture. A cette époque on ne distingue pas couleurs-pigments, et couleurs-lumière. En 1686, R. Walter publie un catalogue "A Catalogue of Simple and Mixt Colours" où différentes couleurs sont obtenues par mélange de "simples jaunes, rouges, et bleus".

Dans ses expériences avec la lumière, le physicien britannique Isaac Newton a démontré que les couleurs pouvaient être crées en mélangeant plusieurs couleurs primaires. Dans son ouvrage, «Opticks» (Optiques, 1704), Newton publie un cercle chromatique pour montrer la relation géométrique entre les couleurs primaires. Ce diagramme s'appliquant à la synthèse additive tandis que Newton n'avait pas compris ni démontré la différence entre les mélanges en synthèse soustractive des matières colorantes et la synthèse additive des couleurs-lumières.

Au XVIIIe siècle, les couleurs primaires rouge, jaune et bleu devinrent les fondations de la théorie de la vision de la couleur, les qualités sensorielles principales étaient mélangées entre la vision physique des couleurs et l'égalité physique du mélange des pigments ou coulorants. Ces théories ont été perfectionnées par des chercheurs du XVIIIe siècle, lors de recherches sur une variété d'effets psychologiques des couleurs, surtout, le contraste entre complémentaire et teintes opposées qui sont produites par la rémanence rétinienne et les contrastes des ombres d'une lumière colorée. Ces idées et de nombreuses observations personnelles de la couleur ont été réunies dans deux documents fondamentaux de la théorie de la couleur ; La théorie des couleurs (1810) par le poète et ministre du gouvernement prussien Johann Wolfgang von Gœthe, et La loi des contraste de couleurs simultanés (1839) par le chimiste industriel français Michel-Eugène Chevreul en vue de classer les pigments en stabilité à la lumière et en mélange. Helmholtz démontra en 1866, commentant le cercle chromatique de Isaac Newton que la vision de la couleur est mieux décrite par la totalité des couleurs primaires, rouge vert bleu (RVB), modelée à travers la synthèse additive, plutôt que par la soustractive. Depuis, il a été démontré qu'il existe trois différents types de cônes dans l'œil sensibles aux rouge, vert et bleu et qui sont les activateurs de dispositifs hormonaux scindés, agissant sur la psychologie de l'observateur.

Des peintres utilisent depuis très longtemps plus de trois couleurs dans leurs palettes. D'autres considèrent aussi les teintes rouge, jaune, bleue et verte comme les quatre couleurs primaires. Ces quatre teintes sont toujours fréquemment reconnues comme les quatre couleurs psychologiques primaires.

Codes hexadécimaux

Les codes hexadécimaux HTML des couleurs primaires et secondaires dans le cercle chromatique RJB du dessus :

Rouge (RJB)
(#FE2712)
Orange (RJB)
(#FB9902)
Jaune (RJB)
(#FEFE33)
Vert (RJB)
(#66B032)
Bleu (RJB)
(#0247FE)
Violet (RJB)
(#8601AF)

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : couleur - rouge - cercles - jaune - bleu - chromatiques - primaires - rjb - mélange - dispositif - vert - synthèses - lumière - théorie - newton - magenta - peintres - peinture - violet - soustractives - cyan - quatre - teintes -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_couleur_RJB.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu